Immobilier : les grandes manoeuvres ont commencé et les salariés en sont les perdants

mardi 25 juin 2019
par  Mutos
popularité : 5%

Après la prise à bail du bâtiment 11M à Montrouge, mitoyen de Park Azur (ex-CNEN), la direction d’Edvance a annoncé celle en 2021 d’un bâtiment (le FLOW) en cours de construction, également à Montrouge, proche de Park Azur et de VIVA (ex-Sofinel). Il s’agit de regrouper l’ensemble d’Edvance dans le sud francilien, ce qui exclut formellement le maintien d’une présence substantielle dans la Tour AREVA.

Dans le même temps, la direction de Framatome continue les déménagements qui améneront la Tour de 21 étages à seulement 13, entassant les salariés à l’extrême limite que lui permet la réglementation IGH (Immeubles de Grande Hauteur). Quant à Orano, cette société a été la première à quitter la Tour vers Chatillon, tout prés du FLOW, de VIVA et de Park Azur. Enfin, SI-nerGIE, qui s’occupe de l’informatique pour Framatome et Orano, sort elle aussi de la Tour. Et la pression reste forte sur les salariés de la Tour pour être mobiles vers Lyon, alors même que l’établissement de Lyon perdrait sa position centrale de la Part-Dieu pour se retrouver à Gerland. Partout, économies. Partout, open-spaces et menace de flex-office. Partout, difficultés à bien travailler.

Et en région parisienne, affaiblissement, opération après opération, du pôle historique Framatome de La Défense face à un pôle Edvance, dans une banlieue sud dont le principal argument est un immobilier meilleur marché.

Face à ces « grandes manoeuvres pointillistes » qui vont toujours dans le même sens, même lorsque la direction nous dit « nous avoir permis de rester à la Tour », il est légitime de s’interroger sur l’avenir de la Tour AREVA à l’horizon 2022.

Or, la réussite des projets qui sont (ou devraient être) la raison d’être de Framatome ne peut être assurée avec des salariés entassés et/ou contraints à déménager ou à prendre sur eux un temps de transport démesuré, au nom d’une recherche effrénée d’économie immobilières dictée par une « rentabilité » purement financière.

Par ce tract, la CGT alerte les salariés de la Tour, mais aussi ceux des autres établissement sur ce qui nous attend d’ici quelques années. La logique financière est un rouleau compresseur qu’une fois lancé, seule une opposition farouche peut contraindre à stopper. Il n’appartient qu’à nous de réagir ensemble pour la faire reculer...


Documents joints

Télécharger au format PDF le tract de la CGT (...)